Quelle race d’abeilles choisir ?

La plupart du temps, les personnes qui décident de devenir apiculteur, n’imaginent pas qu’il existe de nombreuses races d’abeilles, et donc ne se posent pas la question de savoir quelle race d’abeilles choisir. Souvent, les circonstances décident pour elles.

Et pourtant, il est bon de pouvoir choisir en connaissance de cause. Certaines races sont plus douces, d’autres plus prolifiques. Certaines hivernent sans problème particulier tandis que d’autres essaiment facilement.

Dans cet article nous découvrirons les races d’abeilles les plus utilisées par les apiculteurs.

 

Butineuse

Butineuse

Un peu de science

Comment se situe l’abeille domestique dans le règne animal ? Elle appartient :

  • à la classe des Insectes (3 paires de pattes)
  • à l’ordre des Hyménoptères Apocrites Aculéates (ailes membraneuses, abdomen et thorax séparés, les femelles possèdent un aiguillon) qui regroupent
    • les apoïdea (abeilles au sens large)
    • les formicoïdea (fourmis)
    • les vespoïdea (guêpes)
  • à la super-famille des Apoïdea (se nourrissent de nectar et de pollen)
  • à la famille des Apidae supérieurs (abeilles sociales produisant de la cire)
  • au genre Apis : elles vivent en colonies permanentes et se multiplient par essaimage
    • abeilles sociales
    • bourdons
  • à l’espèce Apis Mellifera qui comprend également
    • apis cerana
    • apis dorsata
    • apis florea

Remarque: Apis mellifera est encore parfois appelée apis mellifica. Il s’agit d’une erreur de dénomination commise par Linné lui-même en 1758 qui l’avait d’abord dénommée apis mellifera mellifera (qui transporte le miel), puis renommée apis mellifica mellifica (qui fabrique le miel). Or les règles de classement (taxonomie) n’autorisent pas la modification du nom initialement déposé. Il convient donc de dire : apis mellifera mellifera.

 

Origine

Apis Mellifera serait issue d’Apis Cerana située en Asie et se serait ensuite répandue à partir du Moyen-Orient à travers tout le continent européen d’un côté, africain de l’autre.

Au cours de cette dispersion géographique, diverses races se seraient développées.

On trouve actuellement en Europe:

  • Apis mellifera mellifera : abeille noire
  • Apis mellifera ligustica (ou italienne)
  • Apis mellifera caucasica (ou caucasienne)
  • Apis mellifera carnica (ou carniolienne)
  • Abeille Buckfast

L’abeille Buckfast a été créée par le frère Adam à l’Abbaye de Buckfast située dans le Devon (au sud-ouest de l’Angleterre). Au cours de la première guerre mondiale, un fléau détruisit la quasi totalité du cheptel britannique: l’acariose. Frère Adam, qui avait un sens de l’observation fort développé, remarqua qu’une des rares colonies survivantes était dotée d’une reine qui avait été importée d’Italie (apis mellifera ligustica), et fécondée par des mâles noirs locaux.

Cette ruche survivante lui servit de base pour étudier les croisements de bonne qualité entre diverses races. Par étapes successives, il multiplia et croisa sa souche de départ avec d’autres races, et stabilisa ses croisements pour de longues périodes d’observation avant de recommencer.

A ce jour, l’abeille Buckfast peut être considérée comme une race à part entière puisqu’elle est totalement stabilisée. Elle peut donc être utilisée pour réaliser des croisements.

Remarque: le nom Buckfast est en France une marque déposée. Il sera retenu dans cet article par mesure de simplification pour désigner la race (puisque reconnue comme telle par les scientifiques) d’abeilles créée par le frère Adam à l’Abbaye de Buckfast.

 

 

Principales caractéristiques morphologiques des différentes races d’abeilles

  • Abeille noire : abeille velue, de coloration foncée, de taille moyenne à grande, langue courte
  • Abeille italienne : abeille à dominante jaune, de taille moyenne
  • Abeille caucasienne : de coloration gris foncé, grande taille, la langue est particulièrement longue
  • Abeille carniolienne : abeille velue, de coloration foncée, grande taille, langue longue
  • Abeille Buckfast : couleur brun cuir, de taille variable suivant les lignées

 

Abeille chargée de pollen

Butineuse chargée de pollen

Définitions

  • Dérive : erreur de repérage des butineuses qui pénètrent dans une ruche qui n’est pas la leur.
  • Essaimage : mode de reproduction naturel des abeilles. La vielle reine quitte définitivement sa ruche, ou tout autre nid, avec une partie plus ou moins importante des abeilles de la colonie, sous la pression d’une jeune reine destinée à la remplacer. L’ensemble forme un essaim.
  • Nourrissement : action de nourrir les colonies avec du miel ou un sirop de sucre
  • Pillage : propension de certaines races d’abeilles à aller piller les réserves de miel d’une colonie à laquelle elles n’appartiennent pas.
  • Propoliser : action de récolter de la propolis et d’en enduire notamment parois de la ruche et têtes de cadres.
  • Tenue au cadre : fait pour les abeilles de rester sur les cadres lorsqu’ils sont sortis de la ruche pour observation.
  • Sensibilité aux maladies : les maladies les plus fréquemment observées sont :
    • les loques américaine et européenne : maladies du couvain contagieuses provoquées par des bactéries
    • la nosémose: maladie des abeilles causée par le développement d’un protozoaire, Nosema apis, dans les cellules de l’intestin
    • l’acariose : maladie des ouvrières provoquée par un acarien, Acarapis woodi, pénétrant dans les voies respiratoires

 

Avantages et inconvénients des principales races d’abeilles

Races

Avantages

Inconvénients

Abeille noire Moyennement essaimeuse, résistante à l’hiver, bien adaptée à son environnement Assez agressive, mauvaise tenue au cadre, dérive assez importante, production de miel assez faible, mauvaise éleveuse de reines, sensible aux maladies du couvain
Abeille italienne Très douce, résistante à l’hiver, développement rapide de la colonie au printemps, peu sensible aux maladies du couvain, peu essaimeuse, bonne tenue au cadre, excellente capacité d’élevage A besoin d’une forte population pour hiverner, consommation hivernale importante, rendement moyen
Abeille caucasienne Douce, peu essaimeuse, bonne tenue au cadre, bonne éleveuse, propolise beaucoup (pour ceux que cela intéresse) Sensible à la nosémose et à l’acariose, développement au printemps assez lent, propolise beaucoup (pour ceux que cela n’intéresse pas)
Abeille carniolienne Très douce, résistante à l’hiver, faible consommation, développement rapide au printemps, propolise peu Essaimeuse, construit lentement les rayons, sensible à la nosémose, propolise peu
Abeille Buckfast Très douce, rendements en miel importants, essaime peu, prolificité (ponte) importante, très bonne tenue au cadre Développement assez tardif, nourrissement impératif en cas de disette

 

Pour débuter, quelle race d’abeilles choisir ?

Selon que l’on recherche la douceur et la tenue au cadre, qui vont généralement de pair, la facilité d’élevage, le développement printanier, une faible propension à essaimer, une bonne facilité à hiverner, le choix est cornélien. Aucune race ne réunit à elle seule l’ensemble de ces qualités. Un compromis s’impose donc.

Une certitude : ne pas acheter son essaim chez le premier venu. Avant de choisir la race d’abeilles avec laquelle vous souhaitez travailler, choisissez un apiculteur qui vous fournira un matériel de qualité.

Il y a deux périodes pour acheter un essaim:

  • au mois de mai : vous pouvez espérer faire une récolte d’été si vous choisissez une race d’abeilles à fort potentiel; attention cependant au risque d’essaimage si la race y est particulièrement sujette. Il s’agira d’un essaim de l’année précédente dont la reine aura fait ses preuves quant à ses qualités de pondeuse
  • au mois de septembre : il s’agira dans ce cas d’un essaim de l’année dont vous devrez assurer le traitement contre le varroa, le nourrissement d’automne et l’hivernage. Le prix de ces essaims est un peu moins élevé.

Les essaims se vendent généralement sur cinq cadres : 3 cadres et demi à quatre cadres de couvain, et un  cadre de provisions (miel). Si l’achat se fait au printemps, il faudra le mettre immédiatement en ruche, et insérer un cadre de cire gaufrée entre le dernier cadre de couvain et le cadre de provisions. Dès que le cadre de cire gaufrée sera construit en pondu, il conviendra d’en mettre un autre. S’il s’agit d’une race à fort développement, cela ne prend que quelques jours. Et ceci jusqu’à ce que les dix cadres soient bâtis et remplis.

L’apiculteur que vous aurez choisi devra avoir fait ses preuves de sélectionneur ou de multiplicateur. Il sera en outre celui qui saura vous conseiller et vous fournir si le besoin se présente, des reines fécondées de qualité, soit pour renouveler vos reines vieillissantes, soit des reines mortes ou disparues lors d’un essaimage non maîtrisé. N’oubliez-pas: bien plus que la race, c’est la qualité de la reine qui fait la valeur de l’essaim.

 

Reine

Reine

Crédits photos:

  • raz1940 et Charlotte
  • Phil
  • Monika Fischer

 

2 réflexions sur “Quelle race d’abeilles choisir ?

  1. Pingback: Le matériel et l'équipement de l'apiculteur

  2. Pingback: L'essaimage naturel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *