Quel type de ruche choisir ?

Ruches au bord de l'eau

Ruches au bord de l’eau

Vaste débat

La Dadant, la Langstroth, la Voirnot, pourquoi pas la Warré ? Quelle est la meilleure ruche ? La littérature apicole détaille à l’envi les différents types de ruches avec leurs avantages respectifs. Alors quel type de ruche choisir ? Les apiculteurs ayant quelques années, voire quelques dizaines d’années d’expérience, vous diront que ce n’est pas la ruche qui fait le miel, mais la qualité de la colonie qui s’y trouve.

 

Un peu d’histoire

Les égyptiens utilisaient, comme on peut l’observer sur les fresques des tombeaux de Louxor, des ruches en argile placées à l’horizontale. Dans de nombreux pays d’Europe, et notamment en France, on utilisait des troncs d’arbres évidés placés verticalement : les ruches-troncs. Les ruches pouvaient également être fabriquées en paille tressée (recouvertes ou non d’une couche d’argile ou de chaux, voire de bouses de vaches), ou en osier. Elles avaient le plus souvent la forme d’un panier renversé.

 

De nos jours

Au cours du dix-neuvième siècle, de nombreux apiculteurs ont créé leur propre modèle de ruches. Certains ont laissé leur nom dans l’histoire et leurs ruches sont toujours utilisées de nos jours :

  • Charles Dadant (1817-1902),
  • Lorenzo Lorraine Langstroth (1810-1895),
  • l’abbé Jean-Baptiste Voirnot (1844-1900),
  • et plus récemment l’abbé Emile Warré (1867-1951).

Dans cet article seront évoquées les caractéristiques des principaux types de ruches utilisées en France.

 

Principales caractéristiques des ruches

1. Les éléments d’une ruche

clip_image002

2. Les types de ruches

La ruche Dadant

Composée de 10 cadres, la ruche Dadant est la plus utilisée en France et en Europe. Son volume intérieur est de 54 litres.

Au printemps, on place sur le corps de ruche une ou plusieurs hausses afin que les abeilles puissent y déposer leur récolte. Les cadres sont de dimensions inférieures à ceux du corps (14 cm x 42 cm contre 27 cm x 42 cm). De plus les hausses contiennent généralement 9 cadres au lieu de 10 dans les corps.

La ruche Dadant existe aussi en 12 cadres, avec un volume intérieur de 65 litres. Elle offre plus de réserves pour les hivernages. En revanche, son transport est plus malaisé. A réserver pour un usage sédentaire.

La ruche Langstroth

La ruche Langstroth est la ruche la plus utilisée dans le monde.

Corps et hausses sont de mêmes dimensions et comportent le même nombre de cadres : 10. Leurs dimensions sont de 20 cm x 43 cm. Ce type de ruche est appelé « ruche divisible ».

Les abeilles stockent le miel indifféremment dans l’un ou l’autre corps. D’un volume de 44 litres, soit 88 litres pour la ruche complète (corps et hausse), elle est beaucoup plus difficile à déplacer que la ruche Dadant du fait de son poids. Elle est généralement utilisée dans le sud de la France.

La ruche Voirnot

Cette ruche cubique (dimensions intérieures 36 cm x 36 cm x 36 cm) dont les cadres mesurent 33 cm x 33 cm pour le corps et 15,5 cm x 33 cm pour les hausses, respecte la forme de la grappe d’abeilles. Il s’agit également d’une ruche divisible.

Le miel, emmagasiné au dessus du couvain, protège les abeilles du froid en période hivernale. Elle est ainsi bien adaptée aux régions dans lesquelles les conditions d’hivernage sont difficiles (Est et Centre de la France)

La ruche Warré

De dimensions intérieures 30 cm x 30 cm x 21 cm pour la hauteur, cette ruche ne comporte pas de hausses. En effet, lorsqu’un corps est plein, au rajoute par-dessous un autre corps, et ce, en tant que besoin. A noter que ce type de ruche ne prévoit pas l’utilisation de cadres, les rayons étant bâtis sous des barrettes comportant une amorce de cire. Ce type de ruche, très en vogue depuis quelques années, semble être plus difficile à conduire que les trois autres cités ci-dessus et donner globalement de moins bons résultats.

Ruches en Crète

Ruches en Crète: différents modèles : Dadant et Langstroth

Quel type de ruche choisir ?

Quels sont les avantages et les inconvénients respectifs de ces différents types de ruches ?

Les ruches Dadant, du fait de la séparation du corps et des hausses, et à condition d’interposer une grille à reine entre les deux, sont simples à gérer puisqu’il n’y a pas de couvain dans les hausses. Lors de la récolte, les hausses sont relativement légères. En ce qui concerne la conduite des colonies, il est possible de restreindre le volume de la ruche en interposant une partition (séparation) entre deux cadres pour confiner les abeilles dans un espace plus restreint. En outre, elles peuvent être déplacées aisément par une personne seule.

Les ruches divisibles (Langstroth, Voirnot, Warré) se composent d’éléments de mêmes dimensions (corps et cadres). Ils sont de ce fait totalement interchangeables. La conduite des ruches est plus délicate qu’avec les ruches Dadant du fait que le couvain peut se trouver réparti à différents niveaux. Il convient donc de faire le tri au moment de la récolte. Leur poids (notamment pour les Langstroth) les rend difficilement transportable par une personne seule.

 

Avant de choisir

Deux éléments déterminants sont à prendre en considération:

  • Il convient de choisir le type de ruches le plus utilisé dans votre région (Dadant, Langstroth, Voirnot). Si vous souhaitez acheter des essaims, ou faire des échanges avec des confrères, vous vous retrouverez en difficulté dans le cas contraire.
  • Il faut impérativement se limiter à un seul type de ruches. En effet, si vous variez les modèles, les différents éléments ne seront pas interchangeables. Vous devrez donc avoir en stock des éléments correspondant à chaque type de ruche.

 

Dans le prochain article, nous aborderons :

  • le choix du matériau : bois ou plastique
  • le choix entre ruches neuves et ruches d’occasions
  • le traitement de protection des ruches
  • le choix entre ruches vides et ruches peuplées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *