Les prédateurs de la ruche : 1. Le Frelon Asiatique

Les prédateurs de la ruche et des abeilles sont nombreux.

Outre l’homme, grand prédateur devant l’éternel, les abeilles ont toujours été l’objet de prédateurs plus ou moins dangereux pour les colonies. Les principaux sont notamment: la fausse-teigne, divers acariens, souris et mulots, martes et blaireaux, l’ours dans les Pyrénées, Le pic-vert, etc…

Depuis quelques années sont apparus en France et en Europe de nouveaux prédateurs dont les ravages sont sans commune mesure avec tous ceux cités précédemment: Varroa Jacobsoni (Varroa) et Vespa velutina nigrithorax (frelon asiatique). Un troisième pointe son nez à nos portes: il s’agit du Petit Coléoptère de la Ruche : Aethina tumida.

Nous allons au cours de cet article découvrir aborder le thème du Frelon Asiatique contre lequel il va falloir dès les prochains jours prendre quelques mesures préventives.

 

Vespa velutina

 

Description

Jusqu’au milieu des années 2006, vivait en France et en Europe une seule espèce de frelon: Vespa Crabo, ou frelon commun. En 2004, il a été découvert dans le sud-ouest de la France, une nouvelle espèce de frelons, non endémique, avec pour caractéristique principale d’avoir des pattes jaunes. Vespa velutina nigrithorax, ou frelon asiatique, présente les caractéristiques suivantes:

  • tête : dessus noir, face orangée avec des yeux proéminents
  • thorax: brun/noir
  • abdomen: segments 1, 2 et trois (en partant du thorax) bruns avec une très fine bande orangée; le quatrième segment est orangé
  • pattes : jaunes

Le frelon européen est noir, son abdomen est rayé jaune et noir, et ses pattes sont noires. Il est de manière générale plus grand que Vespa velutina.

Son habitat

Si le frelon asiatique établit fréquemment son nid en haut des arbres, 12 à 15 mètres, parfois plus, on peut aussi en observer dans les endroits les plus inattendus: abris de jardin, haies, bâtiments abandonnés, etc… Contrairement aux abeilles, le nid à couvain destiné à recevoir les œufs pondus par la reine est bâti à l’horizontale. Les nids qui se trouvent dans les arbres peuvent atteindre 1 m de hauteur pour 80 cm de diamètre. Les plus gros nids peuvent compter plusieurs milliers d’individus.

 

Tout en haut

Le cycle de vie du frelon asiatique

Contrairement à l’abeille domestique, la durée de vie du frelon asiatique est de quelques mois seulement, y compris pour la reine. Après avoir été fécondées à l’automne précédent et avoir hiverné, ces jeunes reines vont dès l’apparition des beaux jours se mettre en quête d’une nourriture leur apportant l’énergie nécessaire à leur future activité de reproductrice. Cette source d’énergie sera essentiellement à base d’aliments sucrés.

Ensuite, généralement au mois d’avril, elles vont bâtir un nid de la taille d’une orange et commencer à pondre. Les premières ouvrières qui naîtront vont se charger d’agrandir le nid et de nourrir les larves à venir. La reine ne sortira plus de son nid et passera le reste de sa vie à pondre. De même que pour les abeilles, les œufs sont de deux types: ceux qui sont fécondés sont des œufs d’ouvrières, les œufs non fécondés sont des œufs de mâles. Ceux n’apparaissent que bien après les femelles.

Fin août- début septembre, un certain nombre de frelon mâles et femelles vont quitter le nid pour aller se reproduire. Les mâles ne survivent pas à l’accouplement. Les futures reines (jusqu’à plus de 300 pour un très gros nid) vont rechercher un endroit où s’abriter pour passer l’hiver et attendre le printemps suivant.

Les frelons restés dans le nid avec la reine mourront de froid et de faim au début de l’hiver. Il arrive cependant que l’on observe des nids encore occupés au mois de janvier. Les nids seront ensuite détruits par les intempéries ou les oiseaux.  

Alimentation de Vespa velutina

Les frelons asiatiques sont des insectes se nourrissant d’aliments riches en glucides dans lesquels ils trouvent l’énergie dont ils ont besoin, et d’animaux morts ou vivants dans lesquels ils recherchent les protéines. Ce sont à ce titre de parfaits charognards. Les abeilles sont un met de choix pour eux. Ils se mettent en vol stationnaire devant l’entrée des ruches et attrapent les abeilles chargées de provisions à leur retour de butinage. S’en saisissant, ils vont se poser sur une branche voisine et les décapitent avec leurs puissantes mandibules pour puiser la chair contenue dans leur thorax. Mais guêpes, mouches, papillons ou chenilles et araignées leur conviennent aussi. Ils rapportent dans leur nid cette nourriture riche en protéines avec laquelle seront nourries les larves.

 

Danger pour les abeilles

Les frelons asiatiques représentent une source de danger pour les abeilles pour deux raisons. D’une part, ils sont capables de décimer les colonies en quelques jours en tuant systématiquement toutes les ouvrières qui sortent de la ruche. D’autre part, ils exercent une pression “psychologique” sur les abeilles qui n’osent plus sortir malgré les besoins pressants de faire des provisions avant l’hiver. Les ruches se trouvant rapidement affaiblies, ils y pénètrent alors un grand nombre et achèvent les abeilles restantes. Ensuite, ils vident les provisions. En quelques jours, les ruches se retrouvent totalement vidées d’habitants et de provisions.

 

Danger pour l’homme

Le frelon asiatique est dangereux pour l’homme lorsqu’il pénètre dans un espace de 4 à 5 mètres autour du nid. Les femelles sortent alors en grand nombre et agressent le fautif. La piqure semble plus dangereuse que celle des guêpes. Le dard pénètre en effet profondément dans la chair, jusqu’à 6 mm. Le nombre de piqures reçues et donc la dose de venin absorbée par l’organisme présentent un danger important. La personne piquée risque alors de faire un choc anaphylactique (réaction allergique exacerbée, entraînant dans la plupart des cas de graves conséquences et pouvant engager le pronostic vital).

En dehors de leur espace vital, les frelons asiatiques ne présentent pas d’agressivité particulière.

 

Découverte des nids

En règle générale, les nids situés dans les arbres ne sont découverts qu’à l’automne, au moment de la chute des feuilles. Il est important de les faire détruire pour limiter le nombre de futures fondatrices qui se reproduiront l’année suivante. Malheureusement, la destruction des nids n’est pas obligatoire, et les interventions des entreprises spécialisées  sont assez coûteuses. Le 10 octobre 2012, “devant l’importance et l’urgence de la situation” (http://www.developpement-durable.gouv.fr/spip.phppage=article&id_article=29735), Stéphane Le Foll et Delphine Batho avaient conjointement annoncé le classement du frelon asiatique en organisme nuisible, danger sanitaire de première catégorie. Cependant, le 26 décembre, le ministre de l’agriculture classait le frelon en danger sanitaire de deuxième catégorie!

 

 

 

 

 

Que faire ?

Malgré le fait que l’état n’ait pas respecté son engagement de classement en première catégorie, il convient:

  • d’une part de faire procéder à la destruction des nids dès qu’ils sont découverts (de nombreuses communes et collectivités prennent en charge partiellement ou totalement leur destruction). Attention: n’intervenez pas vous-même pour détruire ces nids. Il faut impérativement disposer de protections adaptées, et celles des apiculteurs ne le sont pas!!
  • et d’autre part de piéger les femelles fondatrices dès la fin de l’hiver.

En effet, l’expansion de cette espèce invasive devient extraordinairement préoccupante.

 

Comment piéger?

Les pièges doivent être disposés:

  • à proximité des emplacements où des nids ont été repérés à l’automne précédent. De nombreuses fondatrices sont en effet restées à proximité de leur nid initial, et même des nids des cinq années précédentes. Les pièges doivent être placés de manière à bénéficier du soleil matinal et de l’ombre l’après-midi.
  • et à proximité des ruchers

Il convient de les placer à une hauteur de 50 cm à 1 mètre du sol.

 

Quels types de pièges?

Les pièges fabriqués à partir de bouteilles en plastique conviennent parfaitement. Préférer les bouteilles de cinq ou six litres. La partie entonnoir devra être protégée de la pluie afin que le mélange destiné à attirer les frelons ne soit pas dilué. De nombreux modèles sont présentés sur internet.

Quel appât?

Un mélange de bière, vin blanc, sirop de cassis est bien adapté. Une boisson alcoolisée est importante: les abeilles et de nombreux insectes fuient l’odeur de l’alcool et ne seront donc pas attirés dans ces pièges.

Remarque: si le piège est plein, ce qui ne devrait pas être le cas au printemps, ne pas vider le mélange préparé lorsque vous enlevez les frelons, et en laisser trois ou quatre. Les phéromones dégagées continueront d’attirer les autres frelons.

 

Quand piéger?

Dès l’arrivée du redoux et au plus tard le 15 mars.

Sur quelle durée piéger?

C’est au mois d’avril que les prises seront maximales. Mais les pièges devront être laissés en place jusqu’à la floraison du châtaignier (juillet dans la plupart des régions). Les piégeages reprendront ensuite au plus tard fin août, jusqu’au mois de décembre si nécessaire.

 

 

Et pour l’avenir ?

Différentes pistes de recherches ont été suivies jusqu’à ce jour. Eric DARROUZET et son équipe de l’université F. Rabelais à Tours tentent de trouver une ou des phéromones spécifiques du frelon asiatique qui permettraient de remplacer les pièges avec appâts alimentaires non spécifiques par des pièges à la fois efficaces et sélectifs.

 

 

Crédit photos:

  • Danel Solabarriéta
  • Jacques Chibret

 

Une réflexion sur “Les prédateurs de la ruche : 1. Le Frelon Asiatique

  1. Merci pour cet article très instructif! Je retiens les gros yeux globuleux, les pattes jaunes, les nids monstrueux (je guetterai le haut des arbres) et le danger pour les insectes, en particulier les abeilles et pour l’homme. Je retiens également le spectaculaire revirement de Stéphane Le Foll que je ne m’explique pas. Question d’argent? Découvert dans le Sud-ouest progresse-t-il vers le nord? Il est visiblement arrivé jusqu’en Anjou?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *