Comment faire des essaims ?

 

 

Comment faire des essaims ou l’essaimage artificiel

 

Pourquoi parle-t-on d’essaims “artificiels”? L’adjectif artificiel est utilisé par opposition à celui de “naturel”. L’essaimage naturel (cf. article précédent) est le mode de reproduction naturel des abeilles. Il n’est cependant pas possible de compter uniquement sur la capture d’essaims pour développer ou reconstituer son cheptel. Les apiculteurs ont développé et mis au point différentes méthodes pour créer des essaims à partir des colonies existantes. C’est ce qu’on appelle l’essaimage artificiel.

L’essaimage artificiel a donc pour but de multiplier les colonies.

Dans cet article nous allons étudier comment faire des essaims en recherchant préalablement la reine ou sans la rechercher.

 

Pourquoi faire des essaims ?

Tout apiculteur se doit de créer des essaims dits “artificiels” en vue :

  • de développer son cheptel
  • de pourvoir au remplacement de colonies ayant essaimé
  • d’anticiper les mortalités hivernales et estivales, et/ou de remplacer les colonies disparues
  • de renouveler les reines âgées

Il existe pour cela de nombreuses méthodes, des plus simples aux plus compliquées, avec ou sans recherche de la reine. Mais quelle que soit la méthode utilisée, il conviendra d’opérer une sélection des meilleures colonies. Les ruches devront en outre être fortement peuplées.

 

Quand et comment faire des essaims ?

La création d’essaims peut se faire théoriquement pendant toute la saison apicole. Cependant, les essaims constitués tôt en saison profiteront d’une végétation importante, source de pollen et de nectar indispensable à un développement maximum des jeunes colonies.

La création d’essaims artificiels peut se faire en recherchant la reine lors de l’ouverture de la ruche souche (voir article comment trouver la reine) ou sans la rechercher.

Dans les deux cas, la ruche souche devra comprendre cinq ou six cadres de couvain pour assurer un redémarrage rapide de la colonie ayant conservé sa reine et un élevage dynamique de cellules royales dans la colonie orpheline.

 

Création d’un essaim sans rechercher la reine

La ruche souche sera divisée en deux, et répartie dans deux ruchettes, sans rechercher la reine. L’une des deux ruchettes contiendra donc une colonie orpheline.

Déplacer la ruche souche en arrière de son emplacement actuel et mettre les deux ruchettes à sa place en les séparant d’une vingtaine de centimètres. Dans la ruche souche, prélever un à un les cadres et les répartissant également dans chacune des deux ruchettes. Lorsque tous les cadres auront été répartis, enfumer la ruche et la vider de toutes les abeilles qui y restent. Ensuite, refermer les ruchettes et revenir une heure ou deux plus tard. La ruchette orpheline (dépourvue de reine) manifestera une agitation particulière et fera entendre un bruissement sourd et continu.

 

Un cadre de couvain operculé

Il suffira d’enlever la ruchette avec sa reine et de l’emporter dans un nouveau rucher situé à plus de trois kilomètres du précédent. La ruchette orpheline recevra alors toutes les butineuses se trouvant dehors.

Les deux ruchettes recevront chacune deux litres de sirop de nourrissement (1) dilué à 50 %. Il aura pour effet :

  • de stimuler la ponte de la reine dans la ruchette éloignée
  • et de stimuler l’élevage de cellules royales dans la ruchette orpheline.

L’essaim recevra ensuite deux litres de sirop par semaine. Il élèvera quelques cellules royales d’où émergera une future reine 12 à 15 jours plus tard.

Attention : au moment de vider les abeilles restées dans le fond de la ruche après que tous les cadres en aient été enlevés, veiller à ce que la reine ne se trouve pas dans le fond. Si tel était le cas, il conviendrait de la prendre délicatement et de la mettre dans l’une des deux ruchettes.

Remarque : si vous ne disposez pas de ruchettes, prendre des ruches et mettre en place une partition (2) dans chacune afin de maintenir une chaleur suffisante.

 

Création d’un essaim avec recherche de la reine

Ouvrir la ruche souche et rechercher la reine (cette opération est facilitée si la reine a été marquée précédemment). La mettre dans une pince à reine (voir article le matériel et l’équipement de l’apiculteur) et poser celle-ci sur les têtes de cadres encore présents dans la ruche ou à proximité.

 

Pince à reine

Attention : ne jamais poser une pince à reine avec une reine dedans sur le toit d’une ruche voisine lorsque le soleil tape dessus. La chaleur renvoyée par le toit en tôle tuerait la reine en quelques secondes !!!

Ensuite, déplacer la ruche en arrière de la ruchette, qui prendra sa place, et la retourner de 180°. Ainsi, la planche de vol sera à l’opposé de celle de la ruchette. Y prélever deux cadres de couvain, l’un operculé et l’autre garni d’oeufs et de larves (couvain ouvert). Placer ces deux cadres le long d’une paroi (gauche de préférence) puis un cadre de provisions (miel et pollen). Compléter avec une cire gaufrée et un cadre bâti vide. Si la ruchette comporte six emplacements, le dernier pourra recevoir un nourrisseur-cadre ou un deuxième cadre bâti vide.

 

Un cadre de couvain ouvert

Nourrir avec deux litres de sirop léger et refermer la ruche. Le nourrissement sera renouvelé toutes les semaines jusqu’à l’automne.

Les butineuses sortant de la ruche souche rentreront avec leurs provisions dans la ruchette.

Remettre la reine dans la ruche souche, resserrer le couvain, placer le long une cire gaufrée puis les cadres de provisions. Compléter avec un ou deux cadres bâtis vides. Le soir, déplacer la ruche dans un nouveau rucher distant de plus de trois kilomètres et nourrir avec deux litres de sirop léger pour stimuler la ponte de la reine.

Quatre semaines plus tard, ouvrir la ruchette pour s’assurer de la présence d’une nouvelle reine fécondée (couvain). Si possible la marquer à la couleur de l’année.

 

 

(1) Nourrissement : le nourrissement est le terme utilisé pour désigner le fait de nourrir les abeilles ou la nourriture que l’apiculteur leur donne. Ce nourrissement peut être solide (candi) ou liquide (sirop ou miel). Le sirop peut être épais (ou lourd, ou concentré) et contient 75 % de sucre pour 25 % d’eau, ou léger (50 % de sucre et 50 % d’eau). Chaque type de nourrissement est fourni à des moments ou dans des conditions spécifiques

(2)  Partition : cadre ou plaque de bois ou de polystyrène destiné à limiter le volume de la ruche afin de resserrer les abeilles et de maintenir une température élevée. Celle-ci favorise un meilleur développement de la colonie

 

Prochain article: introduire une reine fécondée

 

 

 

Crédits photos:

  • Doubichlou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *